LOADING

Type to search

Zone Cemac : le festival Mvet Oyeng appelé à être un facteur d’intégration sous-régional

Société

Zone Cemac : le festival Mvet Oyeng appelé à être un facteur d’intégration sous-régional

ActuCameroun 25 mai 2019
Share

Les préfets des départements de la Vallée du Ntem, du Ntem et du Kye-Ntem ont tous appelés à une intégration réelle à travers le festival Mvet Oyeng. Ils se sont exprimés face aux médias nationaux et internationaux à l’occasion de la fête de l’unité nationale à Ambam le 20 Mai 2019.

La libre circulation des personnes et des biens reste une simple vue de l’esprit dans la zone Cemac. Pourtant ces peuples qui se partagent cette frontière sont unis par une même histoire, une même culture et parfois les mêmes langues. Mais se rendre d’un côté comme de l’autre de la frontière constitue un exercice périlleux.

A la faveur de leur séjour à Ambam à l’occasion de la 47e édition de la fête nationale du Cameroun les préfets des trois départements frontaliers ont exprimés leur ras-le-bol face à cette situation déplorable et incompréhensible.

Pour Boniface Founguess préfet du Ntem au Gabon, “vous savez c’est à nous de faire l’intégration. N’attendons pas que les présidents descendent jusqu’à nous pour faire l’intégration. C’est à nous d’amener l’intégration vers les présidents. C’est à nous de leur montrer que nous voulons vivre ensemble et à partir de là les décisions seront faciles à prendre mais si nous déjà dans la région des trois frontières il y’a pas d’harmonie il n’y a pas d’unité les patrons ne pourront pas prendre des décisions qui puissent transformer l’intégration.C’est à nous de prendre cette intégration en main je parle des trois préfets, des gouverneurs de tout le monde qui doit être impliqué”.

La question de la libre circulation des personnes et des biens s’est donc invitée alors que les trois préfets, leurs maires et le président du conseil départemental Edou Lambert assistaient à un point de presse donné par le Maire d’Ambam au sujet des préparatifs de la deuxième édition du festival Mvet Oyeng qu’abrite la ville d’Ambam du 8 au 20 Juillet prochain.

Faisant allusion aux garanties qu’offre la Guinée Équatoriale à propos du séjour des visiteurs et des festivaliers en terre équato-guinéenne durant cette période le préfet du Kye-Ntem a été sans ambages, “mais si nous avons déjà accepté de venir à ce festival vous devez comprendre que nous acceptons par le même fait que nos frères séjournent chez nous. Il y’a des lois dans chaque pays mais si vous faire allusion à la gestion de la frontière sachez que ce n’est pas à notre niveau c’est notre hiérarchie qui décide des questions liées à la frontière”, a précisé Dota Fatima Ntongono, préfet du Kye-Ntem en Guinée Équatoriale.

La deuxième édition du festival Mvet Oyeng doit être un ciment fédérateur des peuples Ekang qui doivent véritablement se parler, se côtoyer, se fréquenter. Partir d’un coin à un autre ne devrait plus être la croix et la bannière.

Pour Hyacinthe MBA MBO, le Maire de la commune d’Ambam promoteur du festival Mvet Oyeng, “nous allons expérimenté la libre circulation des personnes et des biens parce-qu’il y’a des festivaliers qui seront logés à Ebebiyin et même à Bitam au Gabon. Question de donner à ces pays frères de tirer également le profit de cet événement culturel”.

Fermée en Décembre 2017 pour des raisons de sécurité, rouverte le 24 Janvier 2019 et refermée quelques semaines plus tard la frontière entre le Cameroun et la Guinée Équatoriale côté Guinée Équatoriale vient d’être rouverte. Un rétropédalage qui constitue un véritable frein à l’épanouissement des populations de part et d’autre de la chaîne de démarcation.

Selon Boniface Founguess, préfet du Ntem, “cette zone des trois frontières peut faire développer nos trois pays si vous croyez que c’est les beaux discours c’est ce qu’il y’a à faire on a tout faussé on a échoué il faut passer aux actes”.

Le festival Mvet Oyeng charie de ce fait de réels espoirs pour une circulation sans conditions entre toutes ces populations.

Par Consty ZANG à Ambam | Actucameroun.com

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *