LOADING

Type to search

Crise anglophone : Refugee International blâme le gouvernement pour une lenteur dans l’aide humanitaire

24 Heures

Crise anglophone : Refugee International blâme le gouvernement pour une lenteur dans l’aide humanitaire

ActuCameroun 30 mai 2019
Share

30 Mai 2019

Le groupe Refugee International (RI) a accusé le gouvernement camerounais de minimiser les besoins humanitaires des citoyens des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, alors que ce dernier continue de nier la gravité de la crise.

Lors d’une conférence organisée par le ministre des Relations extérieures, Lejeune Mbella Mbella, représentant des diplomates et d’autres institutions diplomatiques internationales mardi à Yaoundé, il a déclaré que le Cameroun n’avait pas besoin d’une intervention internationale dans sa crise. Il a également déclaré que les chiffres relatifs aux personnes déplacées et aux réfugiés étaient exagérés par les organisations de défense des droits humains. Il a insisté sur le fait que le président Paul Biya avait créé un fonds d’intervention humanitaire et que 75 000 familles au moins se sont vu offrir une assistance.

Dans un rapport publié ce mercredi 29 mai sur son site Web, le groupe a appelé le gouvernement camerounais à reconnaître publiquement la gravité de la crise et a sollicité l’aide pour garantir aux civils un accès sans restriction, aux agents de santé, aux organisations humanitaires et la communauté diplomatique dans tout le Nord-ouest et le Sud-ouest. Ils ont continué d’appeler les donateurs à agir dès maintenant, plutôt que d’attendre que la situation se détériore davantage, affirmant que quelque 93,5 millions de dollars US devaient être collectés pour couvrir les besoins dans toutes les régions anglophones.

Le groupe suggère également que les organisations humanitaires et les Nations Unies forment les ONG locales sur les principes humanitaires et renforcent leurs capacités de mise en œuvre, pour étendre les opérations de l’Organisation internationale de la sécurité (INSO) dans les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest. Il a appelé les Nations Unies à créer des postes à temps plein dans les bureaux des agences des Nations Unies dans le nord-ouest / sud-ouest, afin d’assurer la continuité et de préparer des opérations élargies, en fonction du financement des donateurs.

Le groupe a également incité les Nations Unies à renforcer la visibilité de la crise, mobiliser l’appui des donateurs et offrir un accès humanitaire sans entrave. Ce rapport fait suite à deux voyages que le groupe a effectués en mars et avril 2019, au cours desquels pendant deux semaines de recherche sur l’état de la réaction humanitaire face aux troubles en cours dans les régions anglophones, l’équipe souligne leur insatisfaction. Le conflit dans ces régions a laissé 1,3 million de personnes dans le besoin d’assistance.

L’ONU estime que le nombre de personnes déplacées à l’intérieur du pays par les turbulenc a augmenté régulièrement depuis mai 2018, année où 160 000 Camerounais ont été contraints de fuir. Les estimations actuelles des déplacements au sein de la population anglophone des deux régions s’élèveraient à plus de 530 000 personnes et continueraient à augmenter chaque jour, bien que le gouvernement continue de nier ces chiffres.

Par Salma Amadore | Actucameroun.com

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *