LOADING

Type to search

Yaoundé : comment les routes dégradées enlaidissent la capitale

Société

Yaoundé : comment les routes dégradées enlaidissent la capitale

ActuCameroun 13 août 2019
Share

Publié : 13 Août 2019 Mis à jour : 13 Août 2019 par Actu Cameroun

D’immenses nids de poule visibles sur les tronçons routiers causent des désagréments aux usagers et portent un coup à la beauté au paysage urbain.

Dans son édition en kiosque ce 13 août 2019, le quotidien Le Jour présente des images de quelques tronçons routiers dégradés de la ville de Yaoundé. Sur le tronçon Mokolo en bas – cité verte, «les usagers sont obligés de rouler en fonction des larges trous qui recouvrent la chaussée», peut-on lire dans les colonnes du journal.

«La route est dans un très mauvais état. Ceci rend notre activité très difficile. Les embouteillages causés par l’état de la route nous empêchent de travailler normalement. Je me retrouve parfois coincé entre les véhicules et cela ralentit mon déplacement. Mes recettes ont baissé. En plus, je dois dépenser au garage à cause des pannes sur la moto. Lorsque la boue se mêle à l’eau, c’est la galère», s’indigne Pascal Meh, un mototaximan.

Entre hôtel du Plateau–Mimboman Terminus, «ce tronçon de route reste un véritable cauchemar pour les riverains». «Les taxis ont du mal à circuler sur ce tronçon de route. Nids de poules, déchets plastiques et flaques d’eau sont visibles sur ce chemin. Cette eau est la conséquence d’un manque de rigoles. Certaines sont bouchées par les déchets. Des couches de poussières recouvrent les passagers et les véhicules…», lit-on.

Un calvaire pour les riverains. «Nous souffrons ici. La route est dégradée. Nous sommes fatigués de nous plaindre. Malgré nos multiples plaintes, la situation n’a pas changé. Comme vous pouvez le constater, il y’a des trous sur toute la route. En cette période, c’est la poussière qui est notre ami quotidien», confie Estelle Ndzié, une habitante du quartier Mimboman Sapeurs.

Sur le tronçon Mbankolo-Jean Vespa-Carrière, «accidents et embouteillages sont les maîtres mots des motos taximen et taximen desservant la zone Mbankolo en allant à la Carrière. Pour se rendre au quartier Carrière en passant par le quartier Mbankolo, il faut avoir des reins et des amortisseurs solides pour les taximen. Le tronçon est constellé de nids-de-poule. Pire, certains trous sont devenus de vrais cratères, l’eau y pénètre et stagne».

Selon le journal, «ces tronçons routiers dégradés de la capitale causent des désagréments aux usagers, aux riverains et portent un coup à la beauté au paysage urbain».

Source : Cameroon-Info.Net

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *