LOADING

Type to search

Politique :« un citoyen est libre de refuser de voter », selon Maximilienne Ngo Mbé

POLITIC'S

Politique :« un citoyen est libre de refuser de voter », selon Maximilienne Ngo Mbé

237actu 7 février 2020
Share

Pour la directrice du Redhac, le boycott à une élection est un droit. Elle peut se manifester de deux façons, voter un bulletin nul ou boycotter.

Les appels au boycott des élections législatives et municipales se multiplient sur les réseaux sociaux. A 48 heures du double scrutin, Maximilienne Ngo Mbé demandent aux électeurs de ne pas se rendre aux urnes.  Bien que l’idéal dans une démocratie soit d’aller aux élections pour choisir librement ses dirigeants. 

« La non-participation en d’autres termes de boycott à une élection est un droit. Elle peut se manifester de deux façons, voter un bulletin nul ou boycotter ». Explique la directrice exécutive du Réseau des défenseurs des droits humains en Afrique Centrale (Redhac). Sa déclaration est contenue  dans une publication sur son mur Facebook le vendredi 7 février 2020.

Droit des électeurs

Pour son argumentaire, la militante des droits de l’homme estime que la non-participation à une élection est un droit. « Un citoyen est libre de refuser de voter. Lorsqu’il est convaincu que son vote ne concoure pas à la mise en place des institutions démocratiques capables d’apporter soit individuellement. Soit collectivement le bien-être. Cela suppose que les règles transparentes ont été consensuelles et inclusives. La Charte africaine de la démocratie, des élections et gouvernance (CADEG) est très claire». Soutient-elle.

Aucune raison d’aller voter

La directrice exécutive du Redhac  pense qu’il n’y aucune raison d’aller aux élections. Rappelant que le Cameroun traverse des conflits inédits depuis 2008: Modification de la constitution, émeutes de la faim, à l’Est les coupeurs de route, à l’extrême-Nord Boko Haram.

Aussi, la crise sociopolitique dans le NOSO, aucune visibilité sur le recensement des populations. De nombreuses personnes sans actes de naissance. « La sagesse serait de nous arrêter et de rebondir la tête haute et non la tête sous l’eau ». Conclut-elle. Non sans souligner qu’elle est habituée aux menaces et autres représailles.

Maximilienne Ngo Mbé reste ferme dans sa position. Quoi que disent « toutes les thèses des sociétés civiles frelatées qui menacent ceux des citoyens qui font la campagne pour le boycott.. ».

Tags:

You Might also Like

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Facebook
Twitter