Malgré des relations tendues, Antoine Bell ne considère pas Eto’o comme un ennemi

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Entre Samuel Eto’o et Joseph Antoine Bell ce n’est plus le grand amour. Plus rien ne va entre les deux légendes du football camerounais. Depuis 2018, les deux légendes du football camerounais se sont déclarées une guerre ouverte via les médias et réseaux sociaux. Le nœud de cette situation est la candidature de l’ancien gardien à la présidence de la Fédération Camerounaise de Football qui n’aurait pas l’assentiment de l’ancien joueur du FC Barcelone. Si cette raison semble être anodine, elle est bel et bien à l’origine de cette guerre.

Depuis cet épisode  remarquable, les relations entre les deux légendes du football camerounais demeurent tendues. Cependant, Joseph Antoine Bell refuse de considérer l’ancien barcelonais comme un ennemi.

« Un père peut toujours être fâché de son fils, il peut être désabusé mais fâché n’est pas la haine, fâché n’est pas de garder la colère », a-t-il indiqué dans un échange avec les journalistes africains réunis au sein de la plateforme Afrique Football Medias sur Whatsapp. « Si je suis en bonne santé aujourd’hui, a-t-il ajouté, c’est que je n’ai jamais eu d’ennemi.  Des gens peuvent me considérer leur ennemi mais je ne considère personne comme mon ennemi, je ne dors pas en pensant du mal des autres et je ne vis pas en souhaitant le mal aux autres. Oui, ça s’est passé comme ça s’est passé, il réalisera certainement un jour ce qu’il a fait. Si ce n’est pas bien, il saura quoi faire… Ce n’est vraiment pas une question que je me pose tous les jours, en me réveillant. »

Le soutien d’Eto’o avait permis à Seidou Mbombo Njoya de remporter confortablement ce scrutin tenu le 12 décembre 2018, avec 46 voix contre 17 pour Bell et 3 pour le troisième candidat Mongue Nyamsi Daniel.

Dans la même catégorie

Derniers article

Les plus lus