Afriland : Paul Kammogne Fokam se retire de Guinée équatoriale

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Le Fondateur d’Afriland First Bank vient de vendre les parts d’Afriland First Group et de sa filiale camerounaise au sein de la première banque du pays CCEI Bank GE.

Le banquier camerounais Paul Fokam Kammogne ne possède plus d’actions au sein de la première banque de Guinée Equatoriale, la CCEI Bank GE. Un article paru le 14 janvier 2021 sur le site internet du journal Jeune Afrique indique que ses parts ont été rachetées par l’Etat Equato-Guinéen. «Malabo vient de racheter les parts d’Afriland First Group et de sa filiale camerounaise au sein de la première banque du pays. Une opération à 44,7 millions d’euros qui permet à l’État de devenir l’actionnaire majoritaire de la CCEI Bank GE», lit-on.

La prise de pouvoir du nouvel actionnaire majoritaire s’est matérialisée par la désignation à la tête de CCEI Bank Guinée d’Agapito Teodosio Nguema Obiang Ona Mba au cours du conseil d’administration extraordinaire du 9 janvier 2021. L’ancien cadre de la Banque des États de l’Afrique Centrale (Beac), «vient mettre un terme au long règne du Camerounais Joseph Célestin Tindjou Djameni».

Jeune Afrique indique que c’est ce dernier, proche de Paul Kammogne Fokam, le fondateur d’Afriland First Group, «qui porta l’établissement sur les fonts baptismaux en 1994, pour en faire la première banque équato-guinéenne, avec – au faîte de sa splendeur- 70 % de parts de marché durant pratiquement les deux dernières décennies».

L’Agence internationale spécialisée dans l’information économique et financière ECOFIN croit savoir que Paul Fokam Kammogne était «en rupture avec les autorités». L’on apprend ainsi que l’opération de cession des parts n’est pas terminée. S’appuyant sur «une source interne à la banque», elle révèle que «six mois après la conclusion du deal, Afriland First Group n’a pas encore reçu la totalité des près de 30 milliards de FCFA attendus dans le cadre de la cession de ses actifs en Guinée équatoriale, à cause de certaines frictions nées après la transaction».

Une source citée par notre confrère affirme qu’un «contentieux est ouvert». C’est une allusion aux mises en garde adressée à l’État équato-guinéen et à CCEI Bank début décembre 2020 par l’avocat d’Afriland First Group. «Ce dernier accuse ouvertement la Guinée équatoriale de tentative d’accaparement des actifs de son client, dans la mesure où la prise de contrôle de la banque n’a pas été précédée du versement de la contrepartie attendue. Cependant, ces mises en garde viennent confirmer certaines tensions, qui gouvernaient déjà les relations entre les deux anciens partenaires depuis quelque temps», lit-on.

L’on apprend également de Jeune Afrique que «les relations entre le président Obiang Nguéma et le milliardaire camerounais Paul K. Fokam n’étaient plus au beau fixe, le chef de l’État équato-guinéen ayant constaté un manque de  transparence sur les transferts entre CCEI Bank et la filiale camerounaise». Le journal ajoute que «fort de ce constat, le président Obiang Nguéma a pendant un moment envisagé une expropriation d’Afriland First Group sans la moindre compensation, avant de se raviser».

Source : Cameroon-info.net

Dans la même catégorie

Derniers article

Les plus lus