Succession du président Paul Biya : passe d’armes entre Mathias Eric Owona Nguini et le journaliste Guibai Gatama

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Le promoteur du mouvement « 10 millions de Nordistes » a vertement répondu au politologue qui croit que les Occidentaux veulent séparer le grand Nord du Sud.

Sur sa page Facebook, Mathias Eric Owona Nguini a dénoncé la nouvelle stratégie que les occidentaux seraient entre de mettre en place pour renverser le régime de Yaoundé. Cette stratégie selon le politologue consisterait à « couper le Cameroun en deux par le Nord, séparer celui-ci du Sud. Voilà le mécanisme d’enclenchement de la nouvelle dynamique crise politico-militaire que des officines néocoloniales préparent avec le MLC. Une nouvelle phase de la guerre hybride est sur le point de commencer », a-t-il dénoncé ce mardi 27 avril 2021.

Cette déclaration a fait réagir le journaliste Guibai Gatama, le promoteur du mouvement « 10 millions de Nordistes » : « J’entends parler du MLC ici et là. C’est quoi le MLC mon très cher Prof Mathias Eric Owona Nguini ? Il opère exactement où ? Quels sont leurs faits d’armes à ce jour ? Sont-ils plus nuisibles que les preneurs d’otages ou les coupeurs de route qui pullulent dans le Grand-Nord depuis des années ? Sont-ils plus nombreux et mieux armés que les milliers de Nordistes qui ont rejoint les terroristes de Boko Haram et qui nous pourrissent la vie chaque jour dans le Logone et Chari, le Mayo-Sava et le Mayo-Tsanaga ? », a-t-répliqué.

Des accusations « fallacieuses »

Pour le directeur de la publication du bi-hebdomadaire L’oeil du sahel, cette mise à l’épreuve par des accusations « fallacieuses », « blessantes », alors que nous payions un lourd tribut au terrorisme n’était pas seulement une erreur d’appréciation. Mais le résultat d’une démarche bien mûrie.

« Je suis persuadé que les Nordistes ne commettront pas l’erreur d’une quelconque rébellion ou insurrection pour être malicieusement écartés de la seule bataille qui vaille d’être menée en ce moment : celle de la succession du Président Paul Biya. Ils sont dans la République, un et indivisible. Ils sont respectueux de ses lois et c’est dans cette République qu’ils se battront. Chacun avec ses arguments », renchérit le journaliste

Source : Actu Cameroun

Dans la même catégorie

Derniers article

Les plus lus